Project Goals & Teacher Co-Learning Opportunities

Objectifs du projet et occasions pour le co-apprentissage des enseignants

Objectifs du projet

Project Goals

@FSLDisrupt s'inspire du travail des éducateurs de DistruptTexts.org. Nous suivons plusieurs des principes de ce mouvement éducatif dans le contexte du FLS. Ils ont inspiré le site Web du projet Catalogue collectif de livres de FLS pour la diversité, afin de remettre en question les textes utilisés et de suggérer de nouveaux textes aux enseignants.

La communauté @FSLDisrupt est une communauté d'apprentissage professionnel active qui rassemble des enseignants de FLS du secondaire pour réfléchir à la manière d'améliorer leur propre pratique et les programmes de FLS pour leurs élèves, en s'informant sur l'antiracisme, la décolonisation, la pédagogie adaptée à la culture, l'équité, l'inclusion, etc. En tant que tel, cet énoncé de mission est un document vivant.

@FSLDisrupt is inspired by the work of educators at DistruptTexts.org. We apply many of the principles of this educational movement to the FSL context. They inspired the Collective Catalogue of FSL Books for Diversity project website, to question texts that were being used and suggest new texts for teachers.


The @FSLDisrupt community is a live professional learning community that brings together secondary FSL teachers to think about how to improve their own practice and FSL programs for their students, by learning about anti-racism, decolonization, culturally-responsive pedagogy, equity, inclusivity, etc. As such, this Mission Statement is very much a live document.

Le co-apprentissage des enseignants : Une ressource pour les enseignants, par les enseignants

Teacher Co-Learning: A resource for teachers, by teachers

  • Nous adoptons une position de co-apprentissage. Le travail effectué ici est réalisé PAR les enseignants POUR les enseignants. Nous nous considérons comme des membres et des contributeurs de la communauté des enseignants de FLS Disrupt.

  • Nous voulons reconnaître nos positionnements : Nous nous engageons dans ce travail en gardant à l'esprit les diverses expériences, privilèges, points de vue et lacunes d'apprentissage des membres de notre équipe. Nous nous efforçons d'apprendre les unes des autres et avec les autres. Nous communiquons régulièrement et respectueusement afin de partager nos points de vue, de reconnaître nos différences et de travailler ensemble vers l'objectif commun qui est, premièrement, de mettre en évidence et de nommer les pratiques pédagogiques oppressives en FLS et, deuxièmement, de créer des ressources concrètes et utilisables pour les enseignants et de partager des pratiques pédagogiques qui permettent de construire des classes plus inclusives et anti-oppressives où nos élèves sentent qu'ils comptent, qu'ils sont vus et qu'ils ont leur place.

  • Nous partons du principe que les gens évoluent dans le processus de (dés)apprentissage à leur propre rythme et à leur propre manière. Nous prenons très au sérieux les faux pas et les malentendus et nous nous entraînons à y répondre par des changements concrets. Nous nous efforçons d'être transparents sur ce processus, car nous savons que d'autres enseignants auront probablement à faire un travail similaire.

  • Nous sommes d'avis que l'apprentissage est une entreprise qui dure toute la vie. Nous sommes également d'avis que des changements tangibles ne peuvent vraiment se concrétiser que si les gens essaient activement de réfléchir et de travailler sur leur pratique en tant qu'enseignants antiracistes et soucieux de l'équité. Nous partons du principe que tous les membres de cette communauté veulent apprendre et améliorer leur pratique en tant qu'éducateurs.

  • We take a co-learning stance. The work being done here is BY teachers FOR teachers. We count ourselves as members of and contributors to the FSL Disrupt teacher community.

  • We want to acknowledge our positionalities: We enter into this work keeping in mind the diverse experiences, privileges, viewpoints and learning gaps of our team members. We strive to learn from and with each other. We communicate regularly and respectfully to share our views, acknowledge our differences and work together towards the common goal of firstly, surfacing and naming oppressive pedagogical practices in FSL; and secondly, creating tangible and actionable teacher resources and sharing instructional practices that build more inclusive and anti-oppressive classrooms where our students feel that they matter, are seen, and belong.

  • We take the position that people move through the process of (un)learning at their own pace and in their own way. We take any mis-steps and misunderstandings very seriously and practice responding with concrete changes. We aim to be transparent about that process because we know other teachers will likely have to do similar work.

  • We are of the opinion that learning is a life-long endeavour. We also take the stance that tangible change can only ever really come to fruition if people try actively to think about and work on their practice as antiracist and equity-seeking teachers. We work from the understanding that everyone in this community wants to learn and wants to improve their practice as educators.

Pourquoi ce travail nous est important

  • Le programme d'études de FLS actuel en Ontario ne comporte pas de cadre antiraciste. Il aborde la compréhension interculturelle de façon très superficielle, en reconnaissant sommairement l'histoire coloniale et ses retombées de la langue française au Canada et dans le monde. Nous sommes profondément conscients des préjudices qui ont été ou peuvent être perpétués par les textes français et nous croyons que la représentation est importante. C'est pourquoi nous nous concentrons sur la façon dont nous représentons et utilisons les textes dans les classes de FLS ainsi que sur les types de textes que nous choisissons en tant qu'éducateurs.

  • Nous croyons qu'il faut reconnaître et examiner la façon dont les structures de pouvoir se manifestent dans la classe et se reflètent dans le programme de FLS. Nous croyons que notre sélection et notre interprétation des textes, en tant qu'enseignants, ne sont jamais neutres. Nous cherchons à développer et à partager des stratégies d'enseignement pour élargir l'interprétation des textes afin de soutenir et de valoriser les diverses façons de savoir.

  • Nous croyons que les textes et la littérature peuvent être un moyen d'accéder et de présenter une grande variété d'expériences vécues au sujet de/au sein de la francophonie, notamment en reconnaissant l'héritage colonial de la langue française dans le monde entier. À ce titre, nous préconisons l'utilisation des textes comme " miroirs, fenêtres et portes de verre coulissantes " (Rudine Bishop, 1990) pour développer l'empathie et la compréhension.

  • Le but de notre projet est d'encourager les enseignants de FLS à centrer intentionnellement les voix des personnes noires, des autochtones et de couleur dans la francophonie. Exclure les voix et les expériences des personnes noires, autochtones et de couleur dans l'apprentissage en classe ne représente pas la riche diversité des expériences humaines et ne rend pas service à nos élèves.

  • Nous cherchons à renforcer la capacité des enseignants à sélectionner des textes et à promouvoir l'idée de co-créer des connaissances avec nos élèves. Nous pensons qu'il est nécessaire de développer une littératie critique chez les enseignants et les élèves.

  • Nous voyons le travail de FSL Disrupt comme un processus cyclique dans lequel nous travaillons à briser les pratiques pédagogiques, les mentalités et les systèmes nuisibles et à construire et créer des alternatives équitables ancrées dans l'anti-oppression. Voici les mouvements spécifiques des éducateurs que nous soutenons :

    • Diversifier le matériel, le contenu et les stratégies pédagogiques

    • Enseigner en fonction de résultats d'apprentissage qui tiennent compte des structures de pouvoir, de la justice sociale, de l'inclusion et de la diversité.

    • Concevoir l'apprentissage des langues et les évaluations qui offrent aux élèves la possibilité de démontrer les résultats d'apprentissage de diverses manières, en impliquant les élèves dans la création de connaissances et de contenus.

    • Reconnaître que les enseignants ont beaucoup de pouvoir et de privilèges dans la classe et partager ce pouvoir avec les élèves peut changer la dynamique du pouvoir entre les enseignants et les élèves.

Why we believe this work matters

  • Our current FSL curriculum document in Ontario lacks an anti-racist framework. It engages with intercultural understanding on a very surface level; summarily acknowledging the colonial history and legacy of the French language in Canada and around the world. We are deeply aware of the harm that has been/can be perpetuated by French texts and we believe that representation matters, and as such, we are focused on how we represent and engage with texts in FSL classrooms as well as the types of texts we choose as educators.

  • We believe in acknowledging and examining the way power structures play out in the classroom and are reflected in the FSL Curriculum. We believe that our text selection and interpretation, as teachers, is never neutral. We aim to develop and share instructional strategies to broaden the interpretation of texts so that diverse ways of knowing can be supported and valued.

  • We believe texts and literature can be a way to access and showcase a wide variety of lived-experiences about/within la francophonie, namely, recognizing the colonial legacy of the French language worldwide. As such, we advocate for using texts as “mirrors, windows, and sliding glass doors” (Rudine Bishop, 1990) to develop empathy and understanding.

  • The aim of our project is to encourage FSL teachers to intentionally centre the voices of Black, Indigenous and People of colour across la francophonie. Excluding the voices and experiences of Black, Indigenous and People of colour in our classroom learning does not represent the rich diversity of human experiences and does a disservice to our students.

  • We aim to build teacher capacity in selecting texts and promote the idea of co-creating knowledge with our students. We believe that developing critical literacy among teachers and students is necessary.

  • We see the FSL Disrupt work as a cyclical process where we work to break down harmful pedagogical practices, mindsets and systems and build up and create equitable alternatives rooted in anti-oppression. These are the specific educator moves that we are supporting:

    • Diversifying materials, content, instructional strategies

    • Teaching to learning outcomes that address power structures and social justice, inclusion and diversity

    • Designing language learning and assessments that offer opportunities for students to demonstrate learning outcomes in diverse ways, involving students in creating knowledge and content.

    • Acknowledging that teachers have a lot of power and privilege in the classroom and sharing that power with students can change the power-dynamics between teachers and students.

Les déclarations ci-dessus reposent sur nos bonnes intentions, mais nous reconnaissons que les intentions ne suffisent pas. Nous nous efforçons d'effectuer des actions et des changements concrets. Parlez-nous de l'impact de ce travail sur votre développement en tant qu'éducateur, sur l'apprentissage de vos élèves et leur engagement dans la classe de FLS. Vous pouvez nous joindre par courriel ici.

The above statements are based on our good intentions, but we recognize that intentions are not enough. We strive for concrete actions and change. Tell us about the impact of this work on your development as an educator, on your students’ learning and their engagement in the FSL classroom. You can reach us by email here.